Elites italiennes et monarchies européennes : circulations et réseaux de pouvoir


Entre le XVIe et le XVIIIe siècle, les territoires italiens se trouvent soumis à un emboitement de pouvoirs et à des sphères d’influence qui évoluent au cours des siècles (impériale, espagnole, française, pontificale…). La capacité des grandes familles italiennes à tisser des liens avec les principales cours européennes et à bénéficier des ressources offertes par celles-ci (charges institutionnelles, militaires ou diplomatiques, titres, fiefs, décorations…) semble déterminante pour expliquer la continuité ou non de leur domination sociale. En croisant l’approche prosopographique et la network analysis, ce projet a pour objectif d’envisager le rôle, les formes et les dynamiques des réseaux de pouvoir à l’intérieur des États italiens rattachés à la monarchie espagnole (duché de Milan, royaumes de Naples, de Sicile et de Sardaigne). Il accordera une attention particulière aux crises et aux bouleversements politiques qui caractérisent la péninsule italienne au cours de la période moderne (révoltes du XVIIe siècle et guerres de successions du XVIIIe siècle).

Porteurs du projet :
 
  • Albane Cogné (MCF Université F. Rabelais de Tours, Cethis), ancienne membre de l’Ecole française de Rome
  • Etienne Bourdeu (chercheur associé au CESR), ancien membre de la Casa de Velázquez


Projet EfR 2017-21 et projet MSH-Val de Loire 2016-17.

Consulter la présentation complète du projet.